Agir pour libérer l’engagement : les réseaux à la source du futur

Nous entrons dans une économie de l’intelligence ajoutée, des savoirs multipliés, des réseaux vivants de connaissances qui élimineront les équipes sans âme. La croissance exponentielle de l’information rend le monde plus complexe à appréhender. En effet tous les réseaux génèrent beaucoup de variété, pour avoir de la spécificité, indispensable dans le développement de tous les systèmes. Il faut donc que notre système de valeur devienne plus spécifique et qu’il sache choisir la bonne information noyée dans un flot d’informations ! L’entropie du choix devient donc fondamentale pour augmenter la spécificité, source d’efficacité et de survie. Il en va de même pour le langage qui ne peut plus représenter toutes les interactions du réel du fait de l’explosion de l’information. Il doit s’adapter au monde réel par des langues plus spécifiques et par des métalangues mieux adaptées.

Pour faire face à cette complexité, nous devons avoir un regard tourné vers la décentralisation, c’est à dire descendre dans l’échelle du système pour parvenir aux cellules. C’est l’organisation en réseaux ! Les réseaux agissent comme des cellules vivantes, s’adaptent, se démultiplient en transmettant leurs codes génétiques ! Ils ont dans leurs gênes : la confiance, la créativité, l’initiative et l’engagement de tous. L’humain est au cœur du dispositif ! Ils deviennent des lieux collectifs pour agir, expérimenter, et partager en confiance. La force des réseaux ne repose pas sur une seule personne, mais plutôt sur la résonnance permanente entre l’engagement visible de quelques leaders et celui de nombreux militants tournés vers l’être plutôt que l’avoir, ce qui permet de donner du sens à la vie. Il s’agit de faire alliance dans une dynamique qui articule les intérêts individuels à l’intérêt collectif. Une goutte d’eau prise dans un océan s’évapore rapidement, mais chaque goutte qui tombe dans un océan ajoute au pouvoir de cette immense étendue. C’est l’étendue des organisations en réseaux qui reposent sur des idées fortes, sur une vision commune des valeurs et sur des convictions humaines. C’est dans ce type de réseaux que se trouvent les gisements d’une nouvelle société pour développer les idées afin qu’elles  se transforment en actions.

Pour agir, nous devrons lutter contre les systèmes pyramidaux qui, par essence, sont centralisés. Nous savons que plus un système est centralisé, plus il est sourd à tous les problèmes rencontrés et paralyse le changement de notre société. Nous avons en France de nombreuses structures bureaucratiques, encadrées par une organisation pyramidale d’un autre âge, où la  lourdeur  hiérarchique  et  la  langue de bois ont développé l’irresponsabilité et le conformisme. Il faudra changer pour réussir le monde du futur ! Le changement c’est comme un escalier, il se franchit par paliers et le bon sens veut qu’il se balaie toujours par le haut ! Alors commençons par notre élite, sourde aux changements, issue de l’ENA et des Grands Corps de l’Etat, qui verrouille depuis plusieurs décennies tous les postes de décision de notre société. Toutes ces organisations hermétiques et cloisonnées défendent avec acharnement leurs prérogatives et leurs statuts. Elles sont tellement bien enracinées dans les mécanismes de décision en France qu’il paraît difficile d’envisager une profonde transformation. Il en va de même pour les citoyens qui s’inquiètent de l’absence de réformes, mais peu d’entre eux admettent de renoncer à leurs avantages ! Demain, nous aurons besoin d’hommes sans frontières, mobiles, s’appuyant sur leur capacité à innover, à créer, à partager, à être des communicateurs et non pas des hommes organisés en castes s’appuyant sur leurs titres, leurs rangs et leurs diplômes. Leurs formations devraient se concentrer sur l’aspect humain des métiers pour apprendre à créer, à penser différemment et à donner du sens à l’action.

Hervé Azoulay

There are 9 comments

  1. BOURN

    Monsieur HAZOULAY,

    J’apprécie d’autant mieux votre exposé, puisque j’en ai les mêmes perceptions.
    Sur Amazon.fr, je publie « Solutio » qui expose des idées inventives, simples, réalistes et pragmatiques, qui ouvrent des perspectives sur l’ouverture d’un tout nouvel état d’esprit qui place l’humain au coeur des projets. J’y développe, avec mes mots à moi, la magie de l’acte solidaire contributif pour que la société civile en reçoive en retour tous les avantages qui matérialisent les réponses aux questions qu’elle se posent au quotidien, pour plus de confiance, de bien être et de bonheur.
    Les français ne cessent de se plaindre, mais nous avons les politiques que nous méritons, plutôt que de les blâmer, aidons les, pour qu’en retour ils nous aident à mettre en action et développer nos idées. C’est aussi leur rôle.
    Arrivons à persuader, aux élites, que dans notre situation économique, il n’y a pas d’autre manière de s’en sortir que de créer des ressources nouvelles, sans que cela coûte un euro, ni à l’État, ni au contribuable.
    J’en profite pour vous offrir mon ebook, en P.J et je vous en souhaite bonne lecture.
    Bien cordialement.
    Max Bourn

    /Users/robert/Desktop/Solutio – Savoir Comment.docx
    /Users/robert/Desktop/Solutio : DOCS FIN/Solutio_Max Bourn.epub

  2. ELFORDY

    je veux recréer la valeur solidarité/partage par la mise en place sur mon île des villes et forêts comestibles; oû l’argent ne peut plus être considérée comme valeur absolue, remplacée par la solidarité « Autonomie alimentaire et énergétique » et tout redeviendra possible, nous avions les cartes en mains mais nous avons par paresse laissé nos MAITRES Z’ELUS décidés pour nous, la petite goutte, en ce qui me concerne grossit de jours en jours…..

  3. michel RAVIZE

    Nous sommes tous égaux, frères et soeurs, devant la création. Les structures pyramidales deviennent aujourd’hui « has been », les réseaux les remplaçant progressivement. Une vraie intelligence est à l’image de la structure du cerveau, qui n’a pas de neurone chef ni de pyramide neuronale, mais où les neurones forment des réseaux, des réseaux de réseaux, … Il faut maintenant que tout le monde s’imprègne de ce fait.

  4. NERI Françis

    « Il faut donc que notre système de valeur devienne plus spécifique et qu’il sache choisir la bonne information noyée dans un flot d’informations !
    Pour faire face à cette complexité, nous devons avoir un regard tourné vers la décentralisation, c’est à dire descendre dans l’échelle du système pour parvenir aux cellules. C’est l’organisation en réseaux ! »

    Hervé Azoulay

    Pas mal ! Un peu court mais pas mal !
    Il manque la notion de subsidiarité, celle de cohérence par rapport au pouvoir central, l’interconnexion des réseaux (le comment s’organise le système) l’organisation étant le point central de l’approche des systèmes.
    C’est probablement tiré de la notion d’entropie (désordre) le mot est cité mais pour exprimer cela il vaut mieux se référer à la méthodologie (et pédagogie) du projet : finalité, objectifs, moyens, contrôle et remédiation puis reprise de la boucle (retour à, la finalité)
    La notion de complexité est aussi bien abordée.
    A encourager !

  5. Thierry Domine

    C’est là un article que je ressens d’autant plus « juste »que j’y trouve un effet miroir avec mon concept de « monnaie complémentaire  » T36 + banque numérique  » Tontine d’Or » qui ne pratique pas la réserve fractionnaire mais celle de la « cagnotte » prêtée uniquement avec l’épargne des  » participants « (et non avec l’argent de leurs comptes de dépôt) pour faire circuler l’argent sous forme de crédits, contrairement au système bancaire mondial qui met ainsi et chaque jour en danger systémique l’économie planétaire depuis la dérèglementation + La mondialisation …..et la libre circulation des capitaux ….

  6. lhalal

    Pour libérer l’engagement, il faut libérer l’esprit humain, notre cerveau a besoin d’espace qui se caractérise par l’absence du centre. Il faut libérer le soi. Comme ça l’humain devient le point d’intérêt central dans tous les projets et les métiers de la société.

Commentez cet article