Au cœur de ce jeu social il y a des IMG. jpg et des IMG.mov : il s’agit de théâtre.

Chers futurs spectateurs1,

Comme vous aurez payé votre place, vous pourrez la gagner et vous retrouver virtuellement à ma place.

Par empathie pour les deux acteurs mes avatars ? Pour les images ?

Car il y aura des images, toutes sortes d’images virtuelles et pas d’écrans, enfin pas « comme vous les connaissez » car les images en ont assez d’être encadrées.

Donc pour être l’auteur de ce « divertissement en forme de diversions » je me suis mis dans votre confortable fauteuil, devant une scène vide, noire, cette caverne où me sont apparues des ombres lumineuses, fugaces, capricieuses, moqueuses, joueuses d’une farandole insensée. Pourtant, dans ce noir caverneux le(s) sens y prolifère comme du chiendent.

Je suis monté sur scène et là j’ai vu une jungle d’yeux derrière lesquels  « buzzait » le raisonnement. J’ai eu peur, alors je me suis inventé une vraie histoire :

Un certain Algo, peintre de son état, arriva un matin dans son atelier connu comme une véritable caverne aux couleurs.
Horreur, plus une couleur, les toiles étaient devenues blanches, immaculées. Algo vira au blanc lui aussi. Il consulta un éminent cogniticien qui lui apprit que ses images avaient certainement gagné le grand kaléidoscope, le cyberspace où elles sont livrées à nos clics qui tentent de les apprivoiser, les capter, les capturer, les transformer et même les dompter quand elles reviennent à l’état sauvage.
Depuis ce jour Algo et Ritmo parcourent les scènes du monde à la « recherche des images perdues » afin qu’elles retrouvent leurs représentations.

Nous aurons certainement à entrelacer nos désirs, nos possibles empathies pour nous divertir ensemble, pendant une heure, en plein cœur du jeu social hors les murs.

Parfois il faut savoir appeler un chat, un chien !

Michel Jaffrennou – août 2011


1« Bains Numériques 7 » Juin 2012.

Commentez cet article