Point de vue

L’Ange absent de Don Quichotte

L’Ange absent de Don Quichotte

Le thème « Tous créateurs ! », changé en « Tous auteurs ! », dans une invitation à glisser vers un « Tous lecteurs ! », peut désorienter. Intuitivement, nous savons bien que s’il est dans l’ordre des choses que les auteurs soient des lecteurs, il serait contre-nature que tous les lecteurs puissent être auteurs, et que les uns et les autres soient ainsi nécessairement tous des créateurs. Ne serions-nous pas là au cœur bouillonnant de l’hybris, cette antique expression d’un orgueil démesuré de l’animal humain ?

Tous curators !

Tous curators !

Avec sa citation « Tous créateurs », Beuys voulait élargir le rôle et le statut l’artiste. Aujourd’hui, avec Internet, la circulation des œuvres et la rencontre avec le public se fait en dehors des circuits institutionnels et traditionnels de diffusion de l’art. Les nouvelles plateformes de curation et d’agrégation de contenus de type Instagram, Facebook, Tumblr, Scoopit, etc., disponibles sur Internet, facilitent le tri, la hiérarchisation, la structuration des informations et le partage des ressources en ligne. La façon dont nous conceptualisons, contextualisons, et diffusons des contenus sur le web peut-elle aussi faire de nous tous des curateurs ?

Hackers contre catastrophes naturelles

Hackers contre catastrophes naturelles

Il y a un mois, je participai à la première opération d’une toute nouvelle ONG : Hackers Against Natural Disasters, parmi 15 autres personnes mobilisées. Développeurs, cartographes, dronistes, vidéastes, journalistes… Un joyeux melting pot d’une efficacité redoutable sur un exercice de simulation de risque Tsunami. Un vrai exercice de créativité citoyenne en conditions « réelles », ancré dans les opportunités offertes par le numérique. Retour sur l’expérience et perspective d’évolution d’une ONG d’un type nouveau.

Créateur limite, limite créateur

Créateur limite, limite créateur

Roland Cahen : « Au cours du 20ème siècle, les artistes ont appris à lâcher prise, à intervenir le moins possible, à minimiser leur action sur la matière, à se positionner comme médiateurs entre la nature et le public, à jardiner pour réunir les conditions nécessaires et suffisantes permettant à la nature d’exprimer les œuvres. A l’inverse, l’artiste démiurge reste le modèle social dominant, cherchant à maîtriser, bâtir, assembler, composer, décider, inventer, matérialiser.

Pour l’imagination

Pour l’imagination

C’est dit, et même de temps en temps prouvé, l’être humain est un être de création. C’est d’ailleurs ce qui a fait de cette espèce la plus fascinante et la plus encombrante de la planète. Qu’il s’agisse de création artistique, scientifique ou simplement de confort quotidien, il s’efforce en permanence de tendre un miroir à la réalité telle qu’il la conçoit pour y ajouter son grain de sel.

Tous créateurs ?

Tous créateurs ?

Pour décrire le pouvoir et les limites de la technologie, Bergson utilise une image parlante : l’éventail des innovations technologiques peut se représenter sous la forme d’un corps vaste, puissant matériellement mais totalement dépourvu de volonté. Ce corps sans conscience s’offre au service de toutes les causes, y compris les plus superficielles. Le consumérisme de notre époque en est la plus parfaite illustration.

Aujourd’hui tous travailleurs… demain tous créateurs?

Aujourd’hui tous travailleurs… demain tous créateurs?

Lors de la révolution industrielle, dans de nombreux métiers, nos bras ont été remplacés par des machines. Nous nous sommes donc tourné vers des métiers où nous utilisons notre cerveau.
Aujourd’hui, avec les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle, c’est notre cerveau qui pourrait être, à son tour, remplacé. Des intelligences artificielles diagnostiquent déjà des cancers mieux que des cancérologues, remplacent des assureurs dans des compagnies d’assurance, conduisent des voitures de façon autonome… Et ce n’est que le début.