Créativité et nouveau monde : investir et modifier notre perception du monde réel

A l’ère des intelligences artificielles, de la réalité augmentée, des machines qui pensent, des objets connectés, la création numérique porte les germes d’une révolution sans précédent : le réel est en passe d’être investi et modifié pour devenir le support de nos représentations. C’est un nouveau concept original pour associer les choses et pour transformer la perception de ces choses en enrichissant l’expérience réelle par des contenus associés. Nous trouvons par exemple plusieurs applications sur les smartphones dans les domaines de l’éducation, la musique, la publicité, les loisirs, le commerce, le tourisme, la cuisine. C’est la réalité augmentée qui se situe à la croisée de l’espace physique et de la sphère virtuelle.

Le numérique permet donc l’interaction et la simulation grâce aux langages de l’imaginaire qui surgissent à la croisée des arts, des sciences et des technologies. La biodiversité culturelle nourrit les imaginaires qui ont une valeur personnelle très forte et sont vitaux dans la construction d’une société. L’imagination requiert inspiration et ouverture, et la force des imaginaires c’est de nous propulser vers un nouveau monde en passant par le fait de rêver, d’imaginer et de concevoir pour en faire quelque chose de beau et de désirable. Dans le domaine de l’art, les artistes détectent les transformations invisibles, pour saisir en avance les nouveaux imaginaires et devancer le monde réel. Mis sous forme de technologies, les imaginaires peuvent être traités pour générer à leur tour de nouveaux imaginaires destinés à être modélisés. Les machines peuvent démultiplier à l’infini la puissance de création et cela ouvrira un énorme espace pour créer un socle fertile au nouveau monde.

Une étude du World Economic Forum prévoit que la créativité sera l’une des trois compétences les plus prisées d’ici 2020. Dans ce cas, soyons tous créateurs pour transformer notre société en utopies collectives où chacun pourra inscrire son histoire singulière dans une humanité en quête d’élan émancipateur et de sens partagé. Les créatifs sont des individus qui vivent dans plusieurs mondes, ont des passions, des expériences, des centres d’intérêt multiples, une abondance d’idées, une ouverture multiculturelle, une implication solidaire dans la société et s’ouvrent à des regards différents, riches de rencontres et de partage. La population des créatifs fait partie des acteurs du changement, ils sont les moteurs de la transition vers le nouveau monde à travers l’adoption de nouvelles valeurs et de nouveaux modes de vie. Les dynamiques sociales d’inter créativité inviteront chacun à dépasser ses capacités à faire et à être.

Dans ce cas, il est important de savoir quels types d’organisation ou types de management permettent aux créatifs de s’épanouir et aux personnes de profils différents de travailler ensemble. La théorie des systèmes nous enseigne que dans un monde complexe, lorsque les structures d’un système s’alourdissent, ses propriétés dépendent de plus en plus de sa structure et de moins en moins de la nature de ses parties, c’est-à-dire de moins en moins des hommes et femmes qui constituent ses parties, la structure lourde inhibe la créativité. Avec des structures en réseaux souples, interactives, décentralisées, flexibles, ouvertes, c’est la créativité des hommes et femmes qui influenceront tout le système. L’humain sera au cœur du dispositif. Ces structures deviennent des lieux collectifs pour agir, expérimenter et partager en confiance. La culture réseau nous rendra dépendants les uns des autres, et ce fait est valorisé comme signe d’appartenance au collectif pour augmenter la créativité. La culture réseau a aussi son type de management : l’holacratie.

Les nouveaux créatifs savent aujourd’hui que seule l’action peut inverser le système engagé et que c’est à la société civile de prendre son destin en main. Dans ce combat, la société civile devance largement la classe politique, où les responsables sont peu enclins à prendre des décisions qui pèseront sur le confort et les habitudes de leurs électeurs. Nous constatons également, et c’est une nouveauté, que les créatifs de toutes les couches de la société ne contestent plus le pouvoir de l’Etat et des politiques par les urnes, mais par de nombreuses actions sur le terrain. Le futur sera meilleur et plus humain, pour peu que l’être créatif soit au cœur du changement.

Hervé Azoulay

There are 4 comments

  1. Louise Lutten

    Le « problème » n’est pas de créer mais il faut savoir créer avec sagesse. Ce n’est pas être ringard que d’espérer que ces « créateurs » ne se laissent pas par une forme de griserie d’être novateur emporter par des créations qui ne seront pas utilisées à des fins et avec des moyens qui permettraient de rendre les personnes plus humaines;science (ou créativité) sans conscience n’est que ruine de l’âme. L’âme n’est pas unen question de religion d’ailleurs. Elle est ce qui dévidence taraude chaque être qui vit.

  2. Bruno Lardoux

    Les machines qui pensent ? Allons, si cela est possible dans le monde de Descartes « cogito ergo sum » basé sur des hypothèses simples (les pragma de Prolog par exemple), cela est tout à fait impossible dans le monde de Socrate relayé par Platon, Pascal et Leibniz basé sur la capacité unique dans la sphère du vivant à conceptualiser les hypothèses supérieures et l’hypothèse de l’hypothèse supérieure, originalité de la seule espèce humaine qui ne sait d’ailleurs pas comment fonctionne sa pensée. Alors de là, comment pourrait elle programmer des robots pour les munir des aptitudes nécessaires à la pensée ?

  3. Alain Renault

    Je suis très inquiet de l’écart qui existe entre la pensée politique et le nouveau monde! Combien de fois avons nous entendus : numérique, partage, avènement du numérique sur notre société, nouveaux paradigmes ……Rien de tout cela pendant les débats présidentiels !le monde politique est trés loin de ce nouveau monde! Le citoyen doit prendre en compte son avenir et agir dans la société civile comme le fait bleu blanc zèbre !

Commentez cet article