Entretien avec Sylvain Kern

« PARTAGER, C’EST ALLER AU FOND DE SOI »
Entretien avec Sylvain Kern, Entrepreneur, fondateur de la Cité de la Réussite

s-kern-portraitEncore étudiant à la Sorbonne, Sylvain Kern souhaite rapprocher des personnalités du monde politique, économique, scientifique et culturel de l’univers estudiantin. L’idée était de réunir, au cours d’un week-end, dans une atmosphère détendue mais studieuse, dans le cadre prestigieux de la Sorbonne à Paris, des étudiants qui auraient la possibilité d’interroger, de débattre avec des personnalités qu’ils ne rencontreraient nulle part ailleurs… 

La 1ère Cité de la Réussite était née avec Giovanni Agnelli en invité d’honneur face à 2000 jeunes dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. S’enchaînent alors les Cités de 1992, 1994, 1996 avec des invités tels que : Boutros Boutros-Ghali, Jacques Chirac, Alexandre Dubcek, Le Prince El Hassan de Jordanie, Yehudi Menuhin, Shimon Peres, Elie Wiesel… et un public toujours plus important de 10 à 15 000 personnes à chacune des éditions. Le principe reste toujours le même : réunir une centaine de personnalités autour d’une quarantaine de débats pour dialoguer avec les jeunes. En 1997, la Cité qui était un événement biennal parisien, s’organise à Marseille, à Lille et à Lyon. Entre 1999 et 2012, de nombreuses autres personnalités parmi lesquelles Sharon Stone, Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie, Simone Veil, Carlos Ghosn, Jean-Luc Lagardère, François Pinault, Nicolas Sarkozy, se sont succédées au cours des différentes éditions de la Cité de la réussite. La Cité de la réussite a aujourd’hui pour ambition, un développement international.

La Cité de la Réussite, dont vous êtes à l’initiative avec Jacques Huybrechts, est devenu un événement incontournable, un lieu d’expression de la citoyenneté qui prône l’échange, la rencontre et la transmission vers les jeunes générations. Le partage est évidemment une valeur fondamentale pour vous, et vous en aviez même fait le thème de l’édition 2012. Quel bilan tirez-vous de ces années de partage avec la Cité de la Réussite ?

La Cité de la réussite a été créée en 1989 à la Sorbonne. Depuis, elle est devenue l’un des plus importants carrefours de réflexion et de débats sur les grands thèmes de société. Elle engage le débat, donne à  entendre des opinions, invite le public à réfléchir et à agir. Elle a permis à un public de plus en plus nombreux (5.000 personnes en 1989, 25.000 en 2012) et varié (étudiants, dirigeants, journalistes, grand public…) de dialoguer avec des personnalités du monde entier.  Elle permet à tous les citoyens de rencontrer ceux qui pensent, créent et nous dirigent.

A chaque édition, pendant deux journées, 120 personnalités – artistes, chefs d’entreprise, écrivains, historiens, philosophes, responsables politiques et scientifiques – acceptent de venir dialoguer avec le public, à l’occasion de 40 débats. Depuis la création de la Cité, plus d’un millier d’intervenants du monde entier, dans tous les domaines de la vie, ont participé à plus de 700 débats.

Année après année, tous ceux qui ont participé à la Cité de la réussite ont modestement essayé d’apporter leur pierre au débat citoyen. Partager des connaissances, s’intéresser, s’étonner, questionner, apprendre et comprendre les autres, telles sont les valeurs simples que nous avons essayé de promouvoir depuis deux décennies.  Dans un monde où le virtuel se développe chaque jour davantage, les lieux de débats et de confrontations réels nous semblent indispensables

Lieu de dialogue et d’échanges destiné à questionner le monde, dont elle se veut à la fois miroir et caisse de résonnance, la Cité de la réussite avait choisi cette thématique centrale pour ouvrir le champ des possibles et dessiner en pointillé la vision d’un monde, espérons-le, réenchanté. Partage du savoir, partage des ressources, partage du travail, partage des territoires, partage des données… Durant trois jours, à la Sorbonne, ce lieu propice au dialogue et à l’échange, une centaine de personnalités – scientifiques, politiques, intellectuels, médecins, artistes, chefs d’entreprises… -, ont abordé au travers d’une quarantaine de débats des questions aussi variées que celles de la parité, de la philanthropie, des réseaux sociaux, de la cohésion sociale, du logement, de l’entraide, de la transmission.

Face à la complexité du monde fluide et à la nécessité de mieux « agir ensemble », pensez-vous que le partage  puisse être la clé d’un nouveau récit collectif ?

Le partage est au cœur de ce qui fonde, construit et fait grandir l’Humanité. Dans un contexte mondialisé mais individualiste, qui fait sauter les frontières territoriales et qui questionne autrement les enjeux de gouvernance, n’est-il pas essentiel de réinventer un modèle de société qui se fonde sur le partage et la recherche de nouvelles formes de solidarité ?

C’est du partage que naissent les grands desseins démocratiques. Le contrat social doit s’appuyer sur des principes, des valeurs partagées et sur le désir de vivre ensemble dans un destin commun. La démocratie en général tire sa force et sa légitimité de l’équilibre et du partage du pouvoir et des pouvoirs.

Avec la Cité de la Réussite, vous cherchez à favoriser l’initiative et l’entreprise dans une démarche responsable et solidaire pour la société et l’humanité. Mais quelle place accorder au partage face aux défis écologiques, économiques, sociales ou climatiques ?

Le partage est bien sûr au centre du modèle de développement durable auquel nous aspirons. Le développement durable est l’affaire de tous. Nous partageons cette responsabilité de relever le défi écologique et social, unique dans l’histoire de l’Humanité.

Pour partager, il faut créer, produire et développer, et l’entreprise dans l’économie de marché est en quête de nouveaux modèles. L’avenir de l’entreprise et de l’économie en général se construit sur la nécessité de partager un destin « plus grand », « une vision », et de donner enfin du sens à l’engagement de chacun dans son travail et dans la communauté de travail.

De la philosophie à l’être, de l’économie au développement durable, des fondements et de l’équilibre de nos sociétés et de nos démarches, le Partage est dans tout et interpelle la diversité des acteurs de notre société.

Finalement, le partage a t-il de l’avenir ?

Partager, c’est aller au fond de soi et s’ouvrir à l’autre, aux autres. En ce début de 21ème siècle, sur une planète en pleine mutation, le partage est une valeur ascendante, particulièrement au sein des jeunes générations conscientes, tant au niveau individuel, qu’au niveau collectif, de l’importance de la prise en considération des besoins de chacun, gage d’une meilleure répartition des richesses, des rôles, des chances, des places …

Corolaire à la solidarité, ferment incontournable à une plus grande justice sociale mais aussi condition nécessaire au développement durable de la planète, le partage est au cœur du débat.

La prochaine édition de la Cité de la réussite aura lieu les 8 et 9 novembre 2014 sur le thème de l’Audace.

Plus d’informations sur www.citedelareussite.com

 

 

Commentez cet article