L’Éducation créative au cœur du monde de demain

A l’ère du numérique, l’innovation est reine. La seule limite est celle de l’imaginaire, infini. Et nous construisons aujourd’hui la société future que nous ne pouvons pas encore imaginer, avec des métiers qui n’existent pas encore1 , des outils et des technologies qui relevaient de la science fiction il y a encore quelques années.

La recherche par et pour l’innovation passe par de nouvelles idées, approches qui poussent au développement de nouvelles compétences créatives. C’est en se décentrant, en sortant du cadre que l’on voit le monde autrement et que l’on appréhende les problèmes différemment pour faire émerger des solutions originales. Le « think out of the box » si cher à l’écosystème des start-ups.

Plus loin que le lien indissociable avec la notion d’innovation, la créativité est un enjeu social majeur de notre société et économie de la connaissance. Le développement des comportements créatifs,  cette « capacité à proposer de nouvelles solutions, de nouvelles visions pertinentes des choses » (Taddéi, 2010)2  est désormais une compétence fondamentale3  pour comprendre le monde d’aujourd’hui et être capable de s’adapter à celui qui vient. La créativité doit devenir une priorité éducative.

La créativité révèle deux dimensions à la fois individuelle et collective (Sahlberg, 2011)4 . La créativité individuelle, qui permet à chacun d’épanouir son talent, de trouver ses propres ressorts créatifs, demande une ouverture sur le monde, sur les autres. Elle demande de développer un esprit agile et critique, d’avoir une vision systémique favorisant les liens et interconnexions entre les sujets.  Pour cela, il faut aussi accroître son savoir et ses connaissances par une veille systématique sur les sciences, les arts, les technologies, mais aussi faire de la prospective pour appréhender et anticiper les évolutions et transformations du monde de demain.

La créativité collective quant à elle favorise les notions de collaborations entre les individus, de co-création. Il faut apprendre à manager l’intelligence collective et cela requiert la maitrise de techniques propres et d’outils nouveaux mais aussi un savoir-être tourné vers l’écoute de l’autre, l’empathie et la bienveillance.

La créativité ne peut donc être appréhendée seulement comme une habileté intellectuelle ou seulement comme une façon de penser mais plutôt comme une manière de vivre (Sternberg, 2003).5

Or, il semble y avoir une injonction contradictoire dans le système éducatif traditionnel. Celui-ci est actuellement « cloisonné » reposant sur un apprentissage linéaire, cumulatif et une division du savoir disciplinaire (Rey, 2012)6 . Il pousse à atteindre des standards de performance mesurables. La créativité y reste malheureusement cantonnée aux disciplines telles que les arts plastiques, le théâtre, la musique ou encore à des modules de cours spécifiques que l’on voit apparaître dans l’enseignement supérieur autour de la pensée design.

Pourtant, la créativité, par définition, est transversale et interdisciplinaire. Il faut donc chercher à ouvrir le système éducatif, de la maternelle à l’enseignement supérieur, afin que tous les programmes d’enseignements puissent devenir des supports au développement de pratiques créatives et innovantes et de compétences transversales (Cachia, 2010).7

Plusieurs pistes peuvent favoriser le développement de la créativité dans les pratiques éducatives :

Apprendre à échouer : dans les situations pédagogiques traditionnelles les élèves n’apprennent pas le principe de l’erreur. Pourtant l’apprentissage à la créativité passe par l’incitation à la prise de risque, à se préparer à se tromper et surtout à l’accepter.

Favoriser l’interdisciplinaire au travers de nouvelles approches pédagogiques : la diversification des initiatives pédagogiques facilite une personnalisation des parcours d’apprentissage, mixant utilisation de ressources numériques, travail collaboratif, suivi personnalisé et favorise ainsi la motivation des apprenants. Les pédagogies actives, en mode projet ou encore expérientielles, qui reposent sur l’expérimentation, le raisonnement et la consolidation des connaissances par l’échange, la discussion, le travail en groupe, l’auto-analyse et la critique, permettent aux élèves de connecter des savoirs, des savoirs-être et des savoir-faire qui ne sont pas habituellement reliés.

Créer des environnements instables : le changement force à s’ouvrir. Varier les situations, sortir de l’École, repenser les espaces, partir à l’international, se confronter à d’autres cultures ou des champs disciplinaires inconnus, force à s’adapter, à développer l’esprit critique et nourrit ainsi l’esprit créatif. Et cela passe aussi par l’acceptation du désordre !

Finalement, l’École doit se réinventer pour devenir un lieu d’expérimentation et de découverte des savoirs, un espace de liberté qui favorise les échanges, humains et interdisciplinaires pour encourager l’acte d’apprendre. Nous opérerons ainsi, une transition de « l’éducation à la créativité » à « l’apprentissage par la créativité », comme matière transverse, au croisement des savoirs, hybridant les arts, les sciences, la technologie et le numérique.

Flavien Bazenet

  1. Déclaration du département d’État américain du travail : « 65 % des écoliers d’aujourd’hui pratiqueront, une fois diplômés, des métiers qui n’ont même pas encore été inventés. » []
  2. Taddéi François (2010). « Inventer une nouvelle maïeutique pour apprendre à apprendre ». Cahiers pédagogiques, n°478 []
  3. L’enquête « Futur of Job » du World Economic Forum classe la créativité comme troisième compétence nécessaire du XXIe siècle []
  4. Sahlberg Pasi (2011). « Creativity and innovation through lifelong learning ». In Lifelong Learning in Europe. Vol. 16 []
  5. Sternberg Robert J. (2003). « Creative Thinking in the Classroom ». Scandinavian Journal of Educational Research, vol. 47, n°3, p. 325-338 []
  6. Rey Olivier, Feyfant Annie (2012). « Vers une éducation plus innovante et créative ». Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°70, janvier. []
  7. Cachia Romina, Ferrari Anusca, Ala-Mutka Kirsti & Punie Yves (2010). Creative Learning and Innovative Teachning : Final Report on the Study on Creativity and Innovation in Education in the EU Member States. Luxembourg : Office des publicationsofficielles des Communautés européennes (OPOCE), Institute for Prospective Technological Studies, Joint Research Centre, n° EUR 24675 EN []

Commentez cet article