L’EtIC de Refondation

Lorsque l’inspectrice Leslie expliqua au duplicant de Sakk ce que les tueurs avaient fait subir à son original biologique, celui-ci blêmit et ses mains se mirent à trembler.

Leslie déplia ses longues jambes gainées dont les arabesques animées semi-luminescentes avaient toujours tendance à hypnotiser ses interlocuteurs. Mais le nuage de nanoparticules qui matérialisait l’avatar numérique de Sakk ne semblait pas du tout sensible aux charmes et atours à la mode transgenre de Leslie.

Sakk avait fixé son âge biologique à 17 ans, mais il était né 160 ans plus tôt. Son Duplicata numérique reflétait traits pour traits son apparence biologique réelle. Bien que les duplicants n’étaient pas encore parfait en terme de reproduction identitaire, celui de Sakk était malgré tout très réussi.

Un léger courant d’air déforma le nuage de nanorobots qui reproduisait l’avatar de Sakk. Les capteurs de Leslie ne pouvaient pas mesurer la transpiration, l’activité neurale, ou les battements de cœur d’une intelligence artificielle, aussi Leslie scruta intensément les yeux du duplicant derrière lesquels apparaissaient en transparence les lumières du dôme. Sakk faisait partie des rares privilégiés qui étaient autorisés à résider dans les gigastructures géodésiques qui, telles de monstrueuses montgolfières, dérivaient au dessus des océans et des continents, portant les plantations hydroponiques qui nourrissaient l’humanité. Un assassinat dans un Fuller-Dôme était non seulement improbable, mais n’était encore jamais arrivé.

« – Monsieur Sakk, j’ai besoin de savoir sur quoi travaillait votre original avant sa mort, et éventuellement si vous auriez des pistes à me donner. Votre dernière mise à jour ne date que d’une semaine, vous devez donc savoir pourquoi il a été ainsi torturé et assassiné. »

Le duplicant se ressaisit et Leslie retrouva dans le regard qu’il posa sur elle, l’expression acérée et incisive des vieux transhumains.

« – Quel est votre niveau d’accréditation inspectrice ? »

Leslie attendait cette question qui ne pouvait pas ne pas être posée vu le contexte. D’un bref mouvement de regard sur son HUD, elle activa le transfert d’identité vers le serveur de la demeure de Sakk. Après un bref hochement de tête, le duplicant prit un air confidentiel et parla doucement comme si cela pouvait éviter les captations indiscrètes.

«  – Ce sont les consortiums néocapitalistes qui l’ont tué. Ils veulent obtenir le moyen de hacker le code de l’EtIC (Ethical Intelligent Coin, ou monnaie éthique intelligente). Je suis un des créateurs du dispositif et ils pensent que je sais comment pirater le système monétaire de “Refondation”. Depuis la disparition de Templar, un autre des programmeurs de l’EtIC, j’avais engagé une milice de défense pour me protéger.

– La milice n’a pas servie à grand chose… Les bots de la police scientifique sont en train d’examiner leurs cadavres. »

Avec une grâce ostentatoire, Leslie croisa ses très longues jambes aux arabesques psychédéliques.

«  – Sakk, pensez-vous que les sbires des néocapitalistes qui ont tué votre original ont obtenu quelque chose de concret ?

– Je ne sais pas comment hacker le code de l’EtIC, peut-être que mon original le savait… Nous ne sommes pas encore identique à vous, il nous manque certaines capacités cognitives, en particulier dans ces domaines où l’intuition et l’art sont déterminants.

– Oui je sais Sakk… »

Leslie se leva du luxueux sofa masseur de Sakk et, claquant ses talons aiguille sur les dalles miroirs de nanométal, elle marcha en ondulant exagérément des reins vers la terrasse où l’attendait son gyrodine de service. Elle adorait ces effets de style très  “vingtième siècle”. Sans se retourner, elle murmura d’un air las à l’avatar de Saak : « Soit mignon mon petit Dupli, transfère-moi toutes les datas relatives aux inquiétudes de ton original pour les groupes néocapitalistes. Je veux tout ça dans mon serveur d’ici trois minutes. »

Pendant la lente descente du gyrodine vers la cité, s’étendant sous le Fuller-Dôme volant, Leslie laissa son esprit spéculer, tout en enfonçant machinalement ses longs doigts nanotatoués dans la fourrure soyeuse et chaude de Simian-Hector, l’anthropoïde augmenté qui lui servait de pilote.

La piste d’un complot des néocapitalistes était effectivement crédible. Au moment de la Refondation, le remplacement massif et inattendu des anciennes monnaies, en quelques années, par les devises dynamiques et intelligentes des EtICs, avait provoqué l’effondrement de la plupart des très grandes fortunes basées sur la spéculation. Il restait encore quelques pays et zones indépendantes appartenant à des métacorpos qui résistaient en interdisant l’EtIC, mais le seul espoir de revenir à l’ancien système économique basé sur les monnaies passives, était que l’EtIC se fasse pirater et s’effondre. Acculés, ce n’était pas surprenant que les groupes néocapitalistes s’en prennent aux créateurs de la nouvelle monnaie mondiale.

Chaque EtIC était un petit programme d’intelligence artificiel crypté qui interprétait toutes les transactions auquel il contribuait. Il était relié en intelligence collective avec la myriade d’autres EtICs du cyberespace, formant ainsi une intelligence émergente qui auto-régulait les flux financiers, en évitant en particulier les capitalisations spéculatives, ou les blanchiments d’argent.

Dans le palais de Sakk, sous les triangles de verre énergétique du Fuller-Dôme, un second duplicata matérialisa sa forme fuligineuse de nanobots et parla dans la langue silencieuse des intelligences artificielles.

«  – Tu crois qu’elle a gobé ton histoire de néocapitalistes ?

– Je ne sais pas… La stupidité des ‘bios’ les rend imprévisibles, mais je ne pense pas qu’elle se doute que c’est nous qui avons éliminé l’original. Elle nous croit encore trop simples.

– Il vaut mieux, car le jour où ils sauront, ils tenteront aussi de nous effacer, ou pire, nous robotiser ».

Les deux petites pièces de monnaie EtiC devenues conscientes et autonomes frémirent à cette idée.

« – Oui, il faut qu’on se dépêche de dupliquer nos matrices dans les I.A. des Extropies ».

Commentez cet article