Les liaisons heureuses / La Revue du Cube N°10

liaisons heureuses La Revue du Cube n°10

D’un point de vue pragmatique, « la sphère culturelle » doit honorer son rôle de relayeur, de propagateur d’idées. Bien que ces révolutions soient « silencieuses », elles ne pourront avoir un véritable impact et de réelles conséquences sur le réel qu’à condition qu’elles se multiplient indéfiniment, et qu’indéfiniment toujours plus d’individus se sentent concernés et mettent la main à la pâte1. C’est précisément à cet endroit que nous avons la capacité d’agir. Faire l’intermédiaire entre les actions en cours et le grand public afin que ce dernier agisse à son tour relève de notre responsabilité, car la diffusion de ces initiatives est primordiale pour l’avènement d’une prise de conscience collective, d’un changement radical. Journalistes, auteurs, artistes, éditeurs… autant de professions dont le devoir est d’informer, de créer, de structurer et de propager ces idées nouvelles, qui se doivent d’exister massivement pour lutter contre les nombreuses dérives actuelles2. Qu’il s’agisse d’associations nouvelles, d’initiatives écologiques, de systèmes monétaires parallèles ou d’édifications de lieux culturels basés sur le partage et la mise en commun3, chaque fait et geste suivant ce mode de pensée doit avoir un retentissement pour lui assurer une certaine pérennité, et par conséquent lui permettre de jouer son rôle bienfaiteur. Mises en lumière et promotions de ces « révolutions silencieuses » incarnent notre pierre à l’édifice, parce que les mots (et les divers supports artistiques) sont dotés d’un pouvoir de conviction et d’une aura fédératrice à ne pas sous-estimer.

  1. Un million de révolutions tranquilles, Bénédicte Manier, Les Liens qui Libèrent, 2015. []
  2. Les Tisserands, Abdennour Bidar, Les Liens qui Libèrent, 2016. []
  3. Le Retour des communs, Benjamin Corriat, Les Liens qui Libèrent, 2015. []

Commentez cet article