My Taylor is rich

*iel : pronom neutre non genré qui désigne aussi bien “elle” que “il”, s’applique aux personnes seulement ! un peu compliqué au début mais avec un peu d’entrainement!

Eroes ôta son casque en titane cuivré à mémoire de rêve et secoua la tête. 
La voix de Bowie s’éleva dans la pièce. iel* émergeait doucement, allongé sur la plateforme oscillante ou son matelas en coton d’Égypte était posé.

« – Stock » dit Eroes en s’étirant.

C’était le code afin que les rêves de la nuit, même ceux dont iel* ne se souvenait pas, s’enregistrent dans la mémoire éidétique automatiquement et aillent rejoindre les yottaoctets déjà compilés.

« – ‘Changes’, mon morceau préféré ! Ta programmation est excellente aujourd’hui. Activité ? » demanda Eroes.

DIARY : « – Projection du futur. Heure : 15h, Metaverses, votre “âme sœur” suivant vos profils, la personne qui vous accompagnera pendant 25 ans le temps de générer et d’informer une entité pour la perpétuation de l’être.

Ooh non, pas “l’âme sueur”, ça m’épuise ! Nous ne décidons plus de rien : qui doit être votre alter ego, à quel moment vous devez procréer, à quelle école iront vos enfants,  les repas que vous devez leurs préparer, là où vous serez le plus heureux, l’argent que vous aurez dans 60 ans si vous continuez d’épargner… Et attention ! Rappel à l’ordre si vous n’avez pas téléchargé le logiciel “Projection de votre bonheur ” ! Vous perdez le salaire universel versé par la Grande Caisse.

L’évolution s’était installée tranquillement, indiciblement, tout le contraire de la révolution ! Les algoristes avaient gagnés contre les abacistes1.

Eroes se souvenait du discours du 1er président élu par algorithme : François-louis de mont-luc SLC : « Nous avons pris conscience qu’il fallait en finir avec le terrorisme et la violence urbaine ou familiale, que la seule solution était de prendre le problème à la racine : ce ne sera plus l’humain qui décidera de son sort, ce sera la machine. »

François-louis de mont-luc décida donc que tous nos problèmes venaient de l’éducation et de la parentalité et demanda de créer un soft capable de penser à la place des humains. Il faut dire que l’humanité n’avait pas été très intelligente jusque là. Et aussi qu’au même moment, les enfants portaient plainte contre leurs parents, leur reprochant de leur avoir laissé un monde d’intérêts égoïstes, de lobbying, d’industries agrochimiques, de guerres de pouvoir, et de les avoir empoisonnés ! iels s’étaient donc regroupés en collectif puissant : les néoalgoristes.

Eroes s’installa à son bureau, se connecta sur la franco-future, cliqua sur l’invitation et se trouva téléporté à l’endroit du RV.

Dans un nuage de brume, l’avatar se dessina. Eroes, tétanisé par la beauté de l’apparition, n’arrivait pas à parler, aucun son ne sortait de sa bouche.

« – Bonjour, finit-il par susurrer pour ne pas effrayer cette étrange créature, quelle est votre nom ?

Rose mais on m’appelle Rosie, et vous ? répondit Rose pas du tout impressionnée.

– Eroes. La machine a dû se tromper dit-iel en plaisantant.

– Sûrement… Je suis trop libre pour avoir un contrat avec quelqu’un. De toute façon, je suis trop antIque pour me reproduire.

– Moi aussi, nous avons déjà deux points communs !

– Plus l’anagramme de nos prénoms. Et je n’aime pas du tout que quelqu’un ou quelque chose décide pour moi, ajouta Rose. »

Eroes se mit à rire

« – Ouf je suis rassuré ! Je n’y croyais pas du tout et je ne savais pas comment j’allais me sortir de cette histoire si j’avais été obligé d’échanger avec une personne psychorigide ! Vous voulez m’accompagner dans un autre endroit plus sympa, style lounge avec de la musique chillout ?

– Ok ! dit Rose. »

Eroes ôta son casque en titane cuivré à mémoire de rêve et secoua la tête :

« – J’étais dans le programme “Projection de votre futur” qui m’a connecté avec Rose. Toutes les connections étaient bonnes ! iel* correspondait point par point à mon âme sœur. La machine ne s’était pas trompée. Et puis, je l’ai invité à se téléporter dans un lounge et je ne sais pas ce qui s’est passé ensuite…

– J’étais enfermé dans un labyrinthe noir avec des caractères verts qui défilaient à une vitesse telle que je ne pouvais pas les lire. J’étais bloqué au centre d’un croisement : je ne pouvais plus ni avancer, ni reculer, et impossible d’aller ni à droite, ni à gauche. Et une voix lancinante répétait inlassablement : « Tu n’es qu’un algorithme condamné à obéir au programme, tu n’es qu’un algorithme condamné à obéir au programme, tu n’es qu’un algorithme condamné à obéir…. »

« – Stock » dit Eroes.

C’était le code afin que les rêves de la nuit, même ceux dont iel* ne se souvenait pas, s’enregistrent dans la mémoire éidétique automatiquement et aillent rejoindre les yottaoctets déjà compilés…

Linda Rolland

  1. Les Abacistes : personnes prônant le calcul sur abaque (boulier) plutôt que sur papier. Au Moyen-âge, on utilisait en Europe les chiffres romains et les calculs se faisaient avec des jetons que l’on déplaçait sur des abaques (l’équivalent de bouliers). []

Commentez cet article