Pour de nouvelles expériences d’écriture collective

hp-1

Se poser la question de la possibilité du partage à l’heure où les grands récits ont perdu de leur aura et de leur force à créer du sens commun, c’est imaginer de nouvelles manières de partager le monde poétiquement, grâce notamment à la puissance des outils numériques. C’est déjà penser des langages capables de réinventer ces récits collectifs.

Baigné dans notre post-modernité diffractée, le grand récit commun aurait disparu. Mais si l’on part de ce diagnostic, il faudrait se demander comment, par l’ouverture d’espaces poétiques et artistiques, la multiplicité des récits et des paroles pourrait être échangée pour créer de nouvelles tours de Babel, de nouvelles agoras dans lesquelles s’agenceraient dynamiquement singularités et communautés.

Le Web a pu être parfois considéré comme cette nouvelle tour de Babel, assemblage et juxtaposition de communautés aux langages singuliers mais néanmoins poreux, territoires à développer, à explorer…. Des utopies et des fictions sociales, politiques, philosophiques et éthiques s’y développent et réinventent le jeu démocratique ; de nouvelles formes de sociabilité y émergent et contaminent notre façon d’être au monde, de le construire. Avec l’explosion d’Internet et des nouveaux outils de communication, toute une frange d’artistes a travaillé avec et au cœur de ces territoires, tel de nouveaux espaces regorgeant de moyens inédits de création et de réflexion. Certains d’entres eux ont cependant souvent délaissé la réalité sociale et politique pour se focaliser uniquement sur la dimension technique et esthétique, créant une nouvelle « forme » conceptuelle en espérant pouvoir entrer dans le marché de l’art contemporain.

Le numérique est le nouveau paradigme de notre époque. Il reconfigure notre façon d’être au monde, sans pour autant qu’il soit nécessaire d’opposer « le réel » et « le virtuel », au contraire. C’est pourquoi il ne faut jamais se résoudre à n’agir que dans les espaces du réseau, à ne produire que des œuvres refermées sur elles-mêmes et leur virtuosité technique. Les dispositifs numériques doivent prendre la mesure de leurs relations avec ce qu’on peut appeler le réel concret de nos vies matérielles et sensibles. Ils nous offrent la possibilité d’ouvrir des espaces de partage, pas seulement sur le réseau ou dans les territoires souvent trop restreints de l’art contemporain et numérique. Il s’agit donc d’agir et de proposer des œuvres performatives où se pose la question du sens et du collectif, comme celle du multiple et de la singularité.

Car le partage est en effet la dynamique, la force motrice qui permet de constituer du collectif au cœur même de la multiplicité des flux. Il est cette force de désir qui nous pousse en-dehors de nous-même et permet de nous construire avec et à travers les autres, pour inventer des territoires viables, intensifs et expérimentaux. Ces espaces de partage du sens et du sensible déjouent les polarités dominantes et les hiérarchies structurantes de notre époque mondialisée et atomisée.

La question de l’interactivité a complètement refondé les logiques de création et les positions entre artistes et spectateurs. Les œuvres interactives ou participatives, trop souvent fondées sur des logiques comportementales ludiques où l’activation correspond à des stimuli simplistes, peuvent aussi proposer de nouvelles expériences de partage, créer des espaces de transmission, de diffusion et des expériences d’écritures collectives qui interrogent la relation entre singularité et communauté.

HP Process (entité artistique composée de Philippe Boisnard et moi-même) a toujours placé au cœur de son travail la question du langage en interrogeant la façon dont les technologies reconfigurent les gestes d’écriture, ouvrent à de nouvelles pratiques communicationnelles et permettent d’inventer de nouveaux langages et de nouveaux régimes de discours. C’est dans cette dynamique que nous avons créé l’installation WORDS CITY et la performance CONTACT.

WORDS CITY est une installation interactive et générative qui crée une visualisation poétique de la ville à partir des mots et messages échangés dans l’espace urbain. En flashant des QR-codes dispersés dans la ville, les participants peuvent envoyer le nom de la rue, de la place, du quartier, du monument ou du café où ils se trouvent. Ces mots génèrent une ville virtuelle dont l’architecture, sous forme de data-visualisation, se construit et grandit au fur et à mesure des échanges. Cette proposition artistique questionne l’espace public en tant qu’espace collectif, à l’identité complexe, construit par les échanges et les flux dans le temps et le mouvement. La ville est un territoire où la densité des échanges et la concentration des communications génèrent des récits multiples et partagés. WORDS CITY veut traduire cette réalité politique, mais aussi sémantique et sémiotique, en ouvrant un espace d’écriture collectif qui permette une expérience performative et poétique, fondée sur le partage.

hp-2

CONTACT (http://vimeo.com/16765046) est un dialogue entre deux performeurs construisant une poésie visuelle et sonore interactive et performative grâce à un outil d’écriture temps réel. Le dispositif prend la forme d’un chat augmenté dans lequel les flux d’écriture des performeurs se mêlent aux mots envoyés par les spectateurs ou les internautes. Ainsi, les performeurs partagent en temps réel une écriture intime qui s’entrelace avec les mots des autres, tissant un texte mouvant et collectif. Ils tentent de donner à voir les interrelations et la multiplicité infinie des échanges possibles sur le Web. La performance fonctionne alors comme une mise en abîme de la communication sur les réseaux où les êtres tentent de se trouver, de se toucher, de transcender la distance tout en la maintenant comme condition même du désir, où les corps s’effacent et se cherchent dans le mouvement incessant de la parole en partage.

Ces œuvres sont des dispositifs ouverts qui, en créant de nouvelles conditions d’échange, accueillent les singularités dans un véritable désir de partage. Elles se reconfigurent sans cesse selon les interactions poétiques des participants, placés au cœur du processus créatif, générateurs de nouvelles dynamiques et de nouvelles manières de produire un langage commun.

Hortense Gauthier
HP Process

Commentez cet article