Les technologies : un progrès pour les hommes ?

par Antoine Masset, Terminale L

Depuis des années, l’Humanité connaît une évolution exponentielle qui ne fait que s’accroître avec l’essor des nouvelles technologies. Elles sont le signe de notre modernité et seraient désormais représentatives des Hommes. Mais que révèle l’évolution des technologies pour nous ? Est-elle est forcément désirable ?

Les avancées technologiques progressistes

Les technologies sont significatives de progrès, permettant ainsi une évolution de la société vers un futur désirable. Ces nouveautés ont toutes pour but d’améliorer le quotidien et les conditions de vie de chacun en répondant aux besoins de notre époque. L’un des premiers besoins fondamentaux des Humains est, selon la pyramide de Maslow (psychologue et sociologue américain du 20e siècle), le besoin psychologique primaire se traduisant par la survie de l’Homme. Cette survie et ce progressisme passent par les nouvelles technologies dans la médecine grâce au numérique omniprésent. Nous pouvons citer bon nombre d’inventions, comme le scanner et les radios, permettant d’observer les maux internes du corps humain et simplifier les diagnostiques. Le progrès (scientifique et technique) a également considérablement diminué les risques de décès lors des opérations. Les technologies permettent donc d’allonger l’espérance de vie des Hommes (ne serait-ce, pour les 25 dernières années, de 65,3 ans en 1990 à 71,5 ans en 2013). Elles améliorent aussi les conditions pour donner la vie avec, par exemple, les échographies ou les anesthésies générales ou locales utilisées la plupart du temps pour la moindre opération chirurgicale. La médecine est symbolique du progressisme dont fait part l’Humanité grâce à ces nouvelles technologies.

De plus, une des caractéristiques de notre société aujourd’hui est le partage et les échanges entre les nations et groupes sociaux, représenté par les flux d’informations qui ont pris une place prédominante. Nous datons la première invention technologique au sujet de l’information à 1841 avec l’invention du télégraphe par Samuel Morse. Puis, survint le téléphone d’Alexander Graham Bell qui sera suivi par la radio en 1893, créée par Tesla, et qui aura un rôle primordial dans les deux guerres mondiales. Pour rester dans cette sombre partie de notre Histoire, l’ordinateur fut créé par Alan Turing nommé « Enigma » afin de déchiffrer les messages codés nazis et qui fonctionna avec succès. Pour revenir à des jours plus récents, l’avènement des échanges et du partage d’informations à travers le monde est dû à la création d’Internet ouvert au grand public en 1992 et reliant ainsi les personnes du monde entier entre elles. Cette nouveauté mondiale révèle ainsi une volonté de cohésion entre les Hommes et symbolise le vivre ensemble d’une espèce aidé par les technologies et le progressiste. Cela a encore été renforcé par l’arrivée des smartphones, puis des réseaux sociaux, laissant un espace d’expression facile d’accès pour chacun. Cependant, nous pouvons soulever certains problèmes dus à cette liberté d’accès, notamment les messages négatifs qui n’incitent pas à la solidarité mondiale, voire les insultes qui fleurissent malheureusement sur Internet et qui ont parfois des conséquences irréversibles sur les plus fragiles. Nous pouvons aussi constater, ces derniers temps, des manipulations d’informations comme par exemple les attentats inventés en Suède par le Président américain Donald Trump, ou alors de la falsification de statistiques les rendant favorables à ce manipulateur. Ces derniers points nous obligent donc à nuancer tous ces progrès technologiques.

Les nouvelles technologies sont-elles assurément des progrès ?

Nous pouvons donc nous interroger sur la pertinence de certaines technologies qui n’apparaissent pas forcément comme étant des avancées sociales, en prenant notamment l’exemple des guerres dont nous avons parlé plus tôt. Il y a bien de nouvelles technologies militaires créées en continu depuis des années, cherchant dans ce cas de figure à être les plus destructrices et meurtrières possible. C’est à ce moment là que le progressisme et la pertinence de certaines technologies sont remis en question. En prenant l’exemple de la bombe nucléaire utilisée sur la population japonaise début août 1945, est-ce que vouloir tuer le plus de monde possible et laisser des séquelles sur les populations et notre planète Terre, est un progrès ou une régression de l’Humanité ? La question peut se poser car l’évolution devrait se traduire par une survie de l’espèce humaine dans de bonnes conditions de vie, ce que les armes et les bombes, nucléaires ou non, ne provoquent pas, allant même à l’encontre de ces principes.
Enfin, le progrès et les technologies sont assurément bénéfiques pour la société, mais un des problèmes les plus complexes est l’accessibilité pour tous à ce modernisme. Il y a bien entendu un coût très élevé à ce progrès qui est vu comme un luxe pour certaines populations et certains pays en marge de la société, touchées par la pauvreté.

Il existe donc bien une volonté de progrès et un réseau solidaire rendus possible grâce aux technologies permettant l’évolution de la société et l’amélioration des conditions de vie des Humains. Mais ces technologies sont parfois utilisées, consciemment ou pas, à des fins moins progressistes. De plus, faut-il encore y avoir accès ! Les technologies sont donc le symbole de progrès dans le monde et composent le visage de notre société avec ses bons côtés et ses imperfections, caractérisant par la même occasion la nature humaine.

Commentez cet article