Une journée en 2060

En marchant dans la rue, vous rencontrez une femme japonaise, qui s’adresse à vous dans sa langue maternelle. Vos lentilles de contact équipées en réalité augmentée traduisent et affichent instantanément ce qu’elle dit. Akemi vous explique que son GPS ne fonctionne pas très bien et vous demande si elle peut se connecter au vôtre afin de trouver son chemin. Vous acceptez sa demande, mais votre réalité augmentée affiche un nouveau message : « Tente quelque chose ». Que s’est-il produit à l’arrière-plan pour que cette suggestion apparaisse ? En une fraction de seconde, vos capteurs et agents intelligents ont fait la chose suivante : ils ont pris une photographie d’Akemi, et une recherche de cette image a été lancée, avec reconnaissance faciale. Plusieurs pages Web de ses profils publics ont été trouvées. Cette information a ensuite été intégrée pour créer un profil résumant sa vie professionnelle et, dans une moindre mesure, ses intérêts personnels. Les capteurs visuels et olfactifs supplémentaires de vos vêtements ont détecté une dilatation inhabituelle de ses pupilles et une concentration de phéromones anormale. Les données intellectuelles et corporelles ont conclu – de part et d’autre, puisque Akemi a bien sûr effectué une recherche similaire – que cette rencontre avait d’excellentes correspondances amoureuses. Vous auriez pu configurer vos agents numériques afin qu’ils vous donnent une meilleure indication que « Tente quelque chose », mais vous avez volontairement choisi un profil avec un niveau de conseil peu élevé afin de laisser un peu de spontanéité à la vie. Vous tentez donc quelque chose et invitez Akemi à se joindre à vous, et à vos amis, cet après-midi, pour nager avec des dauphins. Vous partagez l’heure et les coordonnées GPS du rendez-vous, heureux qu’elle ait accepté l’invitation.

Vous vous dépêchez pour rentrer chez vous et traversez la rue sans même prêter attention à la circulation. Une voiture freine violemment. Vous êtes surpris de voir un conducteur à l’intérieur et vous criez : « Espèce d’humain biologique dangereux, achète-toi une voiture autonome, tes réflexes sont trop lents ! ». Votre réaction émotionnelle a immédiatement été enregistrée et une décision judiciaire automatique vous condamne à une amende d’un bitcoin parce que, premièrement, vous n’auriez pas dû traverser la rue aussi rapidement, et deuxièmement, vous n’auriez pas dû insulter un conducteur humain, ce qui lui a causé un trouble émotionnel dommageable. Votre réalité augmentée vous informe aimablement : « Je comprends que tu te sois senti en colère et que tu aies besoin de plus de sécurité. Cette sécurité implique en effet que les gens devraient aller vers une plus forte symbiose entre hommes et machines. Cependant, pourrais-tu être plus prudent la prochaine fois ? La transition vers cette symbiose est encore en cours. Le conducteur s’est senti embarrassé et malheureux de cette situation. C’est une des raisons pour lesquelles tu as dû payer cette amende. Je ne te conseille pas de faire appel, cela te coûterait seulement plus d’argent. De plus, étant donné que la scène a été enregistrée par 10 sources différentes aux alentours, il y a peu de doute possible : le verdict est sûr à 99,9%. Le sang du conducteur a aussi été vérifié : il est parfaitement propre alors que ton taux d’adrénaline était anormalement élevé. » Vous comprenez bien tout cela, mais vous vous demandez quand même pourquoi les humains sont toujours autorisés à conduire. Probablement à cause du lobby conservateur de l’Association des droits de l’homme biologique.

Quand vous arrivez chez vous, une voiture autonome vous apporte de nouvelles cartouches fraîches, commandées automatiquement par votre imprimante 3D alimentaire. Aussitôt les cartouches de nutriments branchées, votre imprimante 3D se met à cuisiner pour vous en prenant en compte les données des nanorobots qui circulent dans votre sang et qui vérifient les nutriments dont vous avez le plus besoin. Votre imprimante 3D est en outre configurée pour suivre vos préférences et, en ce moment, vous suivez le régime « Paléo » car vous avez décidé d’être en phase avec l’évolution. L’approvisionnement en protéines animales provient d’un mélange de viande artificielle, de poissons, de vers et de protéines d’insectes. Votre quantité de nourriture est aussi plus élevée qu’à l’accoutumée, car votre imprimante anticipe l’activité physique que vous avez planifiée cet après-midi. En effet, vous avez partagé votre agenda avec votre imprimante. La recette est une nouvelle création car vous avez configuré votre imprimante pour ne jamais imprimer deux fois le même repas. La vie est trop courte et la gastronomie mondiale bien trop vaste pour manger deux fois le même repas.

Arrivé au port, les procédures de sécurité sont simples et rapides : vous n’avez qu’à donner votre boîte de cellules-souches qui pourrait, si besoin, être utilisées sur le bateau par le kit de premiers secours. Le bateau est petit et aucune bouteille d’oxygène n’est amenée à bord. A la place, le moniteur embarque une valise avec des seringues. Juste avant d’entrer dans l’eau, il pique tous les participants. Qu’y a-t-il dans les seringues ? Des globules rouges artificiels mécaniques offrants 4 heures d’autonomie sous l’eau. Autrement dit, un scaphandre autonome in vivo. Vous et vos amis plongez dans l’eau, jouez et communiquez avec les dauphins à l’aide des traducteurs intégrés à votre masque de plongée à réalité augmentée.

Soudain, le radar du bateau affiche une alerte sur votre masque : « un requin approche à grande vitesse, pas le temps de revenir sur le bateau. Combattre est l’unique option ». Mais vous utilisez votre cerveau biologique et pensez qu’il doit forcément exister une autre solution. Vous vous souvenez alors que les dauphins peuvent parfois combattre un requin. Vous vous retournez rapidement vers les dauphins pour leur envoyer un signal de détresse ainsi que la forme 3D d’un requin que vous avez téléchargée à la hâte. Heureusement, les dauphins ont compris votre message et vous remercient, mais ils prennent peur et se sauvent ! Le conseil de l’intelligence artificielle était sage. Vous êtes agacé qu’elle ait eu raison une fois de plus.

La brume de mer se dissipe et la forme du requin se profile. Des informations de dernière minute apparaissent, à vous et vos amis, sur comment combattre un requin. Vous commencez à les lire, mais trop tard, le requin a décidé de vous attaquer. Vous voyez les mâchoires du requin s’ouvrir spectaculairement et… plus rien. Vous perdez connaissance.

Vous vous réveillez sur le bateau, entièrement rétabli. Vous demandez à Akemi ce qu’il s’est passé. Elle vous explique que vos amis sont parvenus à effrayer le requin en l’attaquant au niveau de ses branchies, et qu’il a fini par vous relâcher. Vous demandez : « Mais pourquoi ne suis-je pas blessé ? ». Akemi vous répond qu’en fait vous étiez presque mort. « Vos nanorobots ont signalé que votre rein droit et votre foie étaient dans un état critique. L’information a été transmise au kit de premiers secours à bord du bateau et l’imprimante d’organes 3D a commencé à différencier vos cellules-souches pour imprimer à grande vitesse deux nouveaux organes. J’ai contacté un chirurgien japonais spécialisé dans les transferts d’organes pour une télé-opération d’urgence. Je lui ai donné un accès à distance à l’appareil de chirurgie robotique du kit de premiers secours. J’espère que cela ne vous dérange pas que nous ayons choisi un chirurgien humain : je n’ai pas suffisamment confiance en la chirurgie robotisée d’intelligence artificielle bon marché ». Votre assurance santé reconnaît que l’accident n’aurait pas pu être évité, et couvre financièrement l’ensemble de l’opération. Le dossier est déjà clos.

Vous demandez des nouvelles du requin. Akemi poursuit : “Comme il a bu votre sang, il va être infecté par quelques-uns de vos virus artificiels. J’imagine que vous voulez vous venger, mais vous savez bien que l’éco-réglementation mondiale protège les requins, et il est donc interdit de reprogrammer à distance les virus pour le tuer. Cependant, grâce à cette infection par les virus artificiels, le requin est maintenant tracé et ne devrait plus causer le moindre problème aux plongeurs équipés de masques à réalité augmentée. » Vous vérifiez le fil d’information en remettant vos lentilles à réalité augmentée, et voyez que avez été remercié par les associations de plongeurs, de surfeurs et de pêcheurs pour avoir tracé avec succès un requin supplémentaire.

En rentrant chez vous par la côte, vous égrainez quelques nouvelles et apprenez qu’une bombe a explosé au siège de l’Association des droits de l’homme biologique. La police a découvert que la bombe avait directement été imprimée à partir de l’imprimante 3D située dans les locaux de l’association. La source de la cyber-attaque est distribuée partout à travers le monde. Selon la police, l’identité du terroriste est encore incertaine, mais le débat fait déjà rage pour savoir si l’attaque a été provoquée par un humain ou une coalition d’agents artificiels. A la fin de la journée, vous réalisez que vos agents artificiels en ont fait beaucoup pour vous aujourd’hui. Vous êtes admiratif et leur en êtes reconnaissant, ainsi qu’à vos amis : vous leur devez votre vie.

Analysons à présent cette histoire et voyons comment celle-ci pourrait être plausible, si l’on extrapole des technologies existantes. Les lentilles de contact à réalité augmentée vont arriver sans aucun doute, et certains prototypes sont déjà en phase de test (Lingley et al. 2011). Dans le récit, les humains sont augmentés de capteurs qui permettent de remarquer des détails trop difficiles à percevoir consciemment, comme la dilatation de la pupille ou la concentration de phéromones. Les imprimantes 3D pour la nourriture (Cohen et al. 2009) et les organes biologiques (e.g. Mironov et al. 2003) existent déjà sous des formes embryonnaires. La traduction automatique est censée très bien fonctionner, et pourrait être plus efficace encore grâce à des données contextuelles. Par exemple, si vous êtes dans la rue, il y a de fortes chances pour que la conversation tourne autour de comment trouver votre chemin. De plus, le profil de la personne pourrait limiter l’espace de recherche de vocabulaire par rapport à cet usage probable. L’interaction entre machines se produit quand votre signal GPS et votre carte sont partagés avec le système d’Akemi, ou bien quand les agents artificiels collaborent pour vous dire « tente quelque chose ». La communication non-violente (Rosenberg 2004) est utilisée par les machines pour communiquer avec empathie et efficacité avec les humains.

Concernant l’incident avec la voiture, la décision judiciaire est extrêmement rapide, fiable et efficace grâce à des capteurs distribués qui enregistrent en continu des données objectives. La vérification du sang pourrait se faire à l’aide d’analyse sanguine en temps réel (Golan et al. 2012). La logique déontique (voir p.ex. McNamara 2010) rend théoriquement possible ce genre de jugement basé sur un raisonnement artificiel. Bitcoin est une monnaie numérique distribuée et décentralisée déjà en service (Nakamoto 2008).

Dans l’histoire, les corps humains fourmillent de nano-robots, connectés sur internet et capables d’exécuter toutes sortes de mesures et d’améliorations. Concernant les pionniers de la nano-médecine, on peut se référer aux travaux de Freitas Jr (1999 ; 2003) qui a notamment conçu les globules rouges artificiels mécaniques (1998). Un haut-parleur pour communiquer avec les dauphins a récemment été développé (Mishima et al. 2011). Propager une forme de requin à l’aide d’un tel haut-parleur devrait être possible si le langage de communication « sono-pictural» des dauphins venait à être confirmé (voir Kassewitz 2011). Des micro-chirurgiens effectuent déjà des opérations robotisées via internet (Anvari, McKinley, and Stein 2005). Une différenciation accélérée de cellules-souches pour produire les cellules souhaitées est une fiction, mais cela serait très utile, comme le montre cette histoire. Des virus artificiels pourraient être utilisés dans le futur, étant donné les progrès rapides et prometteurs dans ce domaine (voir par exemple Mastrobattista et al. 2006).

L’Association des droits de l’homme biologique n’existe pas. Mais l’on peut se poser la question de savoir si un trop grand attachement à l’homme en tant qu’espèce strictement biologique (en opposition à une espèce bio-technologique), serait susceptible de ralentir le progrès socio-technologique à long terme.

Enfin, l’impression d’une bombe en 3D est une menace sévère, et la sécurité autour des imprimantes 3D doit être sérieusement prise en compte. L’éventualité qu’une coalition d’agents artificiels puisse commettre une telle action criminelle et symbolique est un thème classique de la relation homme-machine et de leur rivalité possible. Cela soulève aussi la question suivante : est-ce qu’une colonie d’agents artificiels pourrait avoir une volonté et des revendications intrinsèques ?

 Clément Vidal

Pour une autre perspective inspirée par cette histoire, voir aussi les aventures d’Akemi dans GNUize them all d’Olivier Auber.

Références:

Anvari, Mehran, Craig McKinley, and Harvey Stein. 2005. “Establishment of the World’s First Telerobotic Remote Surgical Service.” Annals of Surgery 241 (3) (March): 460–464. doi:10.1097/01.sla.0000154456.69815.ee. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1356984/.

Cohen, Daniel L., Jeffrey I. Lipton, Meredith Cutler, Deborah Coulter, Anthony Vesco, and Hod Lipson. 2009. “Hydrocolloid Printing: a Novel Platform for Customized Food Production.” In Solid Freeform Fabrication Symposium.

http://edge.rit.edu/edge/P10551/public/SFF/SFF%202009%20Proceedings/2009%20SFF%20Papers/2009-71-Cohen.pdf.

Freitas Jr, R. A. 1998. “Exploratory Design in Medical Nanotechnology: a Mechanical Artificial Red Cell.” Artificial Cells, Blood Substitutes, and Immobilization Biotechnology 26 (4) (July): 411–430.

———. 1999. Nanomedicine, Volume I: Basic Capabilities. Georgetown, TX: Landes Bioscience. http://www.nanomedicine.com/NMI.htm.

———. 2003. Nanomedecine Volume IIA: Biocompatibility. Georgetown, TX: Landes Bioscience. http://www.nanomedicine.com/NMIIA.htm.

Golan, Lior, Daniella Yeheskely-Hayon, Limor Minai, Eldad J Dann, and Dvir Yelin. 2012. “Noninvasive Imaging of Flowing Blood Cells Using Label-Free Spectrally Encoded Flow Cytometry.” Biomedical Optics Express 3 (6) (May 21): 1455–1464.

doi:10.1364/BOE.3.001455. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3370984/.

Kassewitz, Jack. 2011. “We Are Not Alone: The Discovery of Dolphin Language.” http://www.speakdolphin.com/ResearchItems.cfm?ID=20.

Lingley, A R, M Ali, Y Liao, R Mirjalili, M Klonner, M Sopanen, S Suihkonen, et al. 2011. “A Single-pixel Wireless Contact Lens Display.” Journal of Micromechanics and Microengineering 21 (December 1): 125014. doi:10.1088/0960-1317/21/12/125014. http://iopscience.iop.org/0960-1317/21/12/125014.

Mastrobattista, Enrico, Marieke A. E. M. van der Aa, Wim E. Hennink, and Daan J. A. Crommelin. 2006. “Artificial Viruses: a Nanotechnological Approach to Gene Delivery.” Nature Reviews Drug Discovery 5 (2): 115–121. doi:10.1038/nrd1960.

McNamara, Paul. 2010. “Deontic Logic.” In The Stanford Encyclopedia of Philosophy, edited by Edward N. Zalta, Fall 2010. http://plato.stanford.edu/archives/fall2010/entries/logic-deontic/.

Mironov, Vladimir, Thomas Boland, Thomas Trusk, Gabor Forgacs, and Roger R. Markwald. 2003. “Organ Printing: Computer-Aided Jet-Based 3d Tissue Engineering.” Trends in Biotechnology 21 (4): 157–161. doi:10.1016/S0167-7799(03)00033-7.

Mishima, Yuka, Keiichi Uchida, Kazuo Amakasu, Yoshinori Miyamoto, and Toyoki Sasakura. 2011. “Development of Dolphin-speaker.” The Journal of the Acoustical Society of America 130 (4): 2358. doi:10.1121/1.3654450.

http://scitation.aip.org/content/asa/journal/jasa/130/4/10.1121/1.3654450.

Nakamoto, Satoshi. 2008. “Bitcoin: A Peer-to-peer Electronic Cash System.” http://bitcoin.org/bitcoin.pdf.

Rosenberg, Marshall B. 2004. Les Mots Sont Des Fenêtres (ou Bien Ce Sont Des Murs) : Introduction à La Communication Non Violente. 2e édition. Editions La Découverte

Remerciements :

Je remercie Rémy Hoche pour la traduction de ce texte en français et les éditeurs Ben & Ted Goertzel pour leur accord de publier cette histoire, extraite de la section 2 de l’article :

Vidal, C. 2013. “Distributing Cognition: From Local Brains to the Global Brain.” In The End of the Beginning: Life, Society and Economy on the Brink of the Singularity, edited by B. Goertzel and T. Goertzel. A paraître.

http://student.vub.ac.be/clvidal/writings/Vidal-Distributing-Cognition-LB-GB.pdf.

Commentez cet article